La côte ouest s’embrase II

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Il semblerait que 2020 commence à radoter et à montrer un certain manque d’imagination dans de nouvelles manières de nous surprendre.

Après les incendies en Australie, le COVID, le confinement généralisé, les émeutes raciales, les antifa, la polarisation de plus en plus grande de la population sur à peu près tous les sujets d’importance, le nouveau chapitre de ce début du mois de septembre est… les incendies. (Encore!)

En effet, depuis la fin du mois d’aout, on assiste à une impressionnante série d’incendies qui ravagent toute la côte ouest des États Unis. Un premier regard à la répartition de ces feux montre que les états de Washington, d’Oregon, et (surtout) de Californie, sont sévèrement touchés.

Quelques images, quand même très impressionnantes du désastre humain, écologique et économique qui se déroule actuellement.

On peut constater avec un certain étonnement que ces feux semblent tout à fait circonscrits aux US et ne dépassent pas les frontières canadienne et mexicaine. Étrange. Quelle peut être la cause d’une telle répartition?

La version des média

Les médias mainstream ne font pas preuve d’une grande originalité puisque selon eux, la cause principale de ces feux est à chercher du côté… du réchauffement climatique (encore lui). Je ne suis pas climatologue, mais je m’interroge quand même sur ces conditions météos qui causent des incendies respectueux des frontières [1][2][3]…

Toutefois, il semblerait que le narratif du réchauffement climatique se heurte à une autre version des faits. En cherchant un tout petit peu, on tombe sur quantité d’articles qui parlent d’incendies volontaires, d’arrestations de pyromanes pris en flagrant délit, le tout datant des jours passés.

Plusieurs de ces articles incriminent des individus proches des mouvements BLM et Antifa. La majorité des autres balaient ces affirmations du revers de la main, les qualifiant de ridicules. Difficile de conclure pour le moment sur cet aspect, mais toujours est-il que la théorie du réchauffement climatique est, dans le meilleur des cas, incomplète.

Plus intéressant encore, malgré la recrudescence de ces arrestations dont Q a la gentillesse de nous fournir les articles de presse (comme par exemple dans le Q drop #4698) des médias locaux, on assiste à un déni de la part de certaines autorités et organes officiels, comme par exemple ici.

Pour les non-anglophones, suggérer que ces incendies soient criminels c’est de la fake news, c’est complétement ridicule, du délire de théoricien de la conspiration.

Circulez, y’a rien a à voir !

Même discours au NY Times, BBC, MSNBC et compagnie : ce sont des feux de forêt, c’est le réchauffement climatique, et chaque fois qu’on cause de pyromane (‘arsonist’ dans la langue de Shakespeare), c’est soit pour discréditer la thèse , soit pour dire que c’est la faute de Trump. Donc pas de surprise, ce n’est encore pas sur ce coup-là que la presse traditionnelle va nous surprendre avec une couverture, au moins factuelle, de la situation.

couverture médiatique des incendies : aucune mention du terme ‘arsonist’ ou ‘criminal’

Continuons à creuser

Q nous invite également à consulter les relevés météorologiques et d’incendies des années précédentes. Allons-y !

2020 est la pire année en termes d’incendies depuis 1932 (date où on a commencé à compiler des données pour les incendies), comme on peut le lire ici :

« Plus de 930 000 hectares sont pour le moment partis en fumée cette année, contre 48 000 hectares à la même époque l’an passé.  » (soit une augmentation 2300%)

Ou encore ici:

comparaison des incendies entre 2019 et 2020 (du 1er janvier au 30 août).
La colonne centrale représente le nombre de feux, la colonne de droite les surfaces brulées
(en acres – 1 acre vaut 0.4 hectare). On note que la surface impactée par les incendies
est 36 fois plus importante en 2020 qu’en 2019.
(On note par ailleurs un facteur 3 entre 2020 et la moyenne des 5 dernières années)

Les statistiques météo disponibles semblent indiquer des données climatiques sensiblement identiques pour les étés 2018, 2019 et 2020 (attention aout 2020 non disponible). Point de climatologue chez les déQodeurs, mais ça a l’air plus ou moins pareil, vous trouvez pas?
Il fait chaud, il fait sec. Un temps idéal pour des incendies en somme.
Mais pourquoi alors des différences aussi significatives d’une année sur l’autre?

Q nous invite a nous interroger sur deux éléments a priori sans rapport apparent : Les incendies en Californie et la situation économique de Californie.
Duck Duck Go est loadé ! Allons voir ou tout ceci nous mène.

La situation économique en Californie

Pour faire court, la Californie est dans une situation économique très difficile. Pour commencer c’est un état très endetté (près de 560 milliards de dollars de dettes).

En juillet 2020, l’état de Californie, dirigé par le gouverneur démocrate Gavin Newsom, annonçait déjà un déficit de 54 milliards de dollars.

Gavin Newsom, gouverneur de Californie. Je vous invite a vous souvenir de ce nom, de ce visage et de ce sourire Colgate qui vont probablement revenir souvent dans les média US dans un avenir proche.

Pas si étonnant que ça au vu du ralentissement économique majeur causé par le COVID, puis par les violentes émeutes qui ont ravagé plusieurs villes importantes. Mais cette situation n’est pas unique à cet état. Pratiquement l’intégralité du pays a été confiné, et de violentes émeutes ont été recensées dans de nombreux états. Toutefois, plusieurs éléments mettent la Californie dans une situation particulière.

En effet, le gouvernement Fédéral US, dirigé par le président Trump, fait usage, depuis le début de la pandémie de cette baguette magique que les économistes appellent entre eux « le stimulus ».

En gros, Trump fait imprimer par la FED des quantités effroyables de pognon qu’il distribue directement aux citoyens américains et aux états pour leur permettre de garder la tête hors de l’eau jusqu’à la normalisation de la situation. Le but de cet article n’est absolument pas de disserter sur la pertinence ou non d’une telle politique, mais l’auteur invite ici le lecteur à ne pas trop simplifier l’action économique du président Trump.
En effet, avoir recours à la planche a billet de manière excessive n’est jamais une solution viable sur le long terme, mais cette action doit être comprise dans le cadre de la prise de contrôle de la FED par le trésor US, dans un contexte de retour possible à un étalon Or.
Bref, c’est compliqué, j’écrirais peut-être un article sur la question si j’arrive un jour à vraiment comprendre ce qui se passe. Fin de la parenthèse.

Donc Trump fait appel à un stimulus illimité, ce qui explique, au moins partiellement, que les indicateurs économiques et boursiers américains sont plutôt en forme compte tenu du contexte 2020. Mais cette situation n’est pas réellement profitable pour l’état californien.

Evolution du Dow Jones sur 2020. On constate que les indicateurs boursiers sont a un niveau equivalent a celui pré-COVID

En effet, plusieurs mesures économiques ont été poussées par l’administration Trump depuis le début de son mandat :

  • Lutte contre les villes et états sanctuaires :

« Le mouvement des « sanctuaires » remonte aux années 1980, lorsque les églises américaines abritaient les migrants d’Amérique centrale qui avaient fui les troubles civils dans la région et craignaient d’être expulsés.

Ce label est aujourd’hui généralement appliqué aux États et localités dont les lois, politiques ou réglementations rendent plus difficile la traque et l’arrestation par les services de l’immigration et des douanes (Immigration and Customs Enforcement, ICE) des immigrants qu’ils estiment devoir être expulsés.

On constate sur cette carte que la côte ouest des US, et notamment la Californie, est bien concernée par cette problématique. Et bien, en Mars 2020, une décision de la cour Fédérale de Justice autorise à suspendre l’octroi de fonds fédéraux à ces villes/états.

  • BLM, manifestations pacifiques et émeutes :

Au printemps et à l’été 2020, des manifestations soutenant le mouvement Black Lives Matters (BLM) ont eu lieu aux US. Dans plusieurs villes, ces manifestations pacifiques ont été accompagnées de violentes émeutes.

Il est intéressant de constater que je n’aurais pas été en mesure de parler d’émeute, encore le mois dernier. Selon les médias mainstream, ces émeutes, jusqu’à très récemment, n’existaient tout simplement pas.
Un peu comme les arrestations de pyromanes aujourd’hui… vous commencez à voir comment ça fonctionne?

Et puis, quelqu’un s ‘est rendu compte que personne ne gobait leurs bobards et, d’un coup d’un seul, les manifestations violentes sont devenues effectivement un problème … mais c’était la faute de Trump, bien évidemment. Fin de la parenthèse

Donc suite à ces émeutes que Trump dénonçait depuis le commencement des évènements BLM, il a déclaré qu’il allait couper les subventions fédérales aux états/villes qui ont laissé des émeutes se dérouler sans intervention policière et sans demander l’aide du gouvernement fédéral.

  • Le Projet 1619

Suite à ce que son administration considère comme de la propagande d’extrême gauche, Trump menace de couper de nouveaux fonds fédéraux aux écoles californiennes qui enseignent ce qui est connu sous le nom de « Projet 1619 ».

Selon Wikipedia “Le projet 1619 est un projet en cours développé par le New York Time Magazine en 2019 qui « vise à recadrer l’histoire du pays en plaçant les conséquences de l’esclavage et les contributions des Noirs américains au centre même du récit national [des États-Unis] ».

A noter que les chiffres que l’on trouve sur le web tendent a montrer que la part de fonds fédéraux représente entre 25% et 50% du budget total de la Californie.

D’ailleurs ça devenait visible que la Californie commençait à être à cours de liquidités, comme ici, ou ici.

Donc pour résumer, la Californie n’a plus d’argent et semble en position compliquée lorsqu’il s’agit d’aller éponger son déficit auprès de l’administration fédérale.

La situation ne risque pas de s’améliorer de sitôt. En effet, à l’écoute de la grande majorité de la classe politique (excepté Trump et son administration), il va y avoir une deuxième vague de COVID et on est à deux doigts de se reconfiner.

Nul ne sait ce qui va se passer, mais la Californie étant jusqu’ici pionnière dans l’application de toutes les mesures de l’agenda mondialiste, il est fort probable que, si le narratif 2ème vague/reconfinement est poussé, la Californie s’exécutera, le doigt sur la couture du pantalon! Avec toutes les conséquences néfastes que cela engendrera sur son économie.

OK… mais le rapport avec les incendies?

Du coup, lorsque tu es aux abois financièrement, tu fais quoi? Tu coupes dans tous les budgets et notamment dans les services de base, police, éducation….  Budget des casernes de pompiers, programmes de sensibilisations aux dangers des incendies, programme d’entretien et de prévention des zones naturelles fortement inflammables, etc.

Ce serait donc ça la raison?
Une mauvaise gestion économique qui serait la cause de tous ces incendies?

Et bien non.

En tout cas, Q nous invite à chercher ailleurs, par exemple de ce côté-ci.

En novembre 2018, la Maison Blanche faisait la déclaration suivante :

« Aujourd’hui, le président Donald J. Trump a déclaré qu’une situation d’urgence existe dans l’État de Californie et a ordonné une aide fédérale pour compléter les efforts d’intervention des États, des tribus et des collectivités locales en raison des conditions d’urgence résultant des incendies qui ont débuté le 8 novembre 2018 et se poursuivent », a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué »

Donc pour résumer, si tu as besoin de financement, il te suffit de cramer ton sous-bois et l’état Fédéral viendra à ta rescousse. Pratique.

Il n’est pas si simple de trouver des données financières fiables sur l’État de Californie. Non pas que ces données ne soient pas disponibles, au contraire. On trouve beaucoup de données budgétaires contradictoires et il n’est pas toujours simple d’y voir clair. Toujours est-il qu’une information semble vérifiée : En 2019, contrairement aux tendances établies jusqu’ici, la Californie annonçait, pour une fois, un budget non déficitaire.

Encore mieux ! Le budget exhibait un excédent de 21 milliards de dollars en 2019 !

On remarque, coïncidence heureuse, que l’année où le budget Californien semble en meilleure forme est aussi l’année où les feux de forêts sont très significativement inférieurs aux années déficitaires !

Certains y verront une cause à effet, mais certainement pas nous !
Pas de conspirationnistes chez les déQodeurs voyons!

(…mais n’empêche, c’est bizarre, non ?)

Retour à l’actualité

Et réglé comme du papier à musique, quelle nouvelle a été reprise en écho par les média en fin de semaine dernière?

« Le Président américain Donald Trump a déclaré que les feux de forêt qui brûlent les maisons et dévastent les précieuses forêts dans certaines parties de la Californie sont une catastrophe majeure et a débloqué une aide fédérale. »

Et c’est ceci que Q sous-entend clairement : La Californie allume des feux de forêts lorsqu’elle a besoin de financement fédéral, au mépris des vies humaines et animales qui sont sacrifiées dans le processus, et de la destruction d’écosystèmes et de biens.

Alors soyons clairs, cet article ne prétend rien démontrer. Il s’agit simplement d’aller suivre les miettes que nous a laissées Q pour nous permettre de nous forger notre propre opinion sur la question. Et il faut bien reconnaitre que le tableau qui est décrit ici est pour le moins cohérent.

A chacun d’aller se forger sa propre opinion sur la question.

Pour aller plus loin, je vous invite a aller lire les excellentes analyses de Dan Ad Lumen qui vous donneront une perspective plus détaillée sur la question.

Rudy pour les déQodeurs

Newsletter

Obtenez les mises à jour en temps réel via email

Supporter Dis Sept

Supporter Dis Sept en faisant un don

Outils de traduction

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Inscription musique

Si non veuillez envoyer un email à l’adresse suivante:

musique@dissept.com

« Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique. »